12 mars 2007

The Constant Gardener - Fernando Meirelles

medium_constant_gardener.jpgAu Kenya, Tessa Kayle, l’épouse d’un diplomate anglais, est retrouvé sauvagement assassinée. Son mari, Justin, va reprendre son enquête concernent un médicament contre la tuberculose administrée à la population séropositive.

Adapté d’un des meilleurs romans de John Le Carré, The Constant gardener, réalisé par le brésilien Fernando Meirelles, constitue sous ses airs de thriller haletant et nerveux un vibrant réquisitoire contre les pratiques des laboratoires pharmaceutiques en Afrique. Meirelles utilise décoloration des pellicules et caméra très mobile au service d’une interprétation de grande classe dominée par l’excellent Ralph Fiennes, subtil et intense, et d’une démonstration politique qui fait froid dans le dos. La mise en scène nerveuse se fait aussi contemplative : magnifiques paysages et regards d’un continent et d’un peuple miséreux exploité par les occidentaux mais surtout superbes moments d’intimité d’une histoire d’amour éternel entre ce diplomate jardinier et sa jeune femme assassinée jouée avec talent par Rachel Weisz. En effet l'épine dorsale du film est constituée par la touchante romance, détaillée au gré de flash-back dont une sublime scène d'étreintes passionnées dans une lumière incandescente, entre ce diplomate secret et sa jeune épouse passionnée par un continent dont Meirelles restitue à merveille l'atmosphère, les sensations. Depuis La cité de Dieu (02) le style s’est affiné pour mieux servir un propos altermondialiste porté par une exigence de vérité, enrobé dans une singulière histoire d’amour.

Ce grand film aux ambitions stylistiques et politiques indiscutables bouleverse par son touchant chant d’amour pour l’Afrique, vaste continent ravagé par la famine et la maladie pour qui ces deux amants magnifiques ont lutté unis par un amour indéfectible.

Aucun commentaire: