12 mars 2007

Free zone - Amos Gitaï

medium_ftree_zone.jpgSuite à la rupture avec son petit ami, Rebecca, jeune américaine, fuit Jérusalem dans l’automobile d’Hanna, se rendant à la Free Zone, près de la Jordanie. Elles y rencontreront Leïla, femme de Moshe, contact d’Hanna.

S’ouvrant sur les larmes de Nathalie Portman, filmées dans un incroyable plan-séquence de 10 mn, le nouveau film d’Amos Gitaï prend la route, mené par la loghorée irrésistible d’une Hanna Laslo, pour un voyage vers cette Free Zone, zone de libre échange aux carrefours de la Jordanie, la Syrie, l’Irak et l’Arabie Saoudite. Si le rythme est un peu lâche, le film étant celui du déplacement, du voyage, de nombreux et longs plans de paysages défilent au gré du périple comme autant de toiles pour peindre par surimpression le passé des personnages, le talent de Gitaï(le réalisateur israélien n’avait pas vraiment de scénario selon Hiam Abass rencontrée à l’occasion du dernier Festival Méditerranéen) est d’orchestrer une rencontre inédite entre trois femmes, portant chacune une histoire, des convictions différentes, pour tenter un dialogue de paix au delà des frontières. Le mérite du film est d’éclairer le contexte historique et politique du conflit au Proche-Orient par cette errance au cœur d’une géographie et des cœurs torturés, un voyage à la portée humaniste qui se clôt par la réunion symbolique des trois personnages dans une voiture où l’américaine tente d’arbitrer le conflit qui éclate en joute verbale entre la palestinienne et la juive.

Aucun commentaire: