18 juin 2007

Chacun son cinéma

60 ème festival de Cannes

Gilles Jacob ( Coprésident du festival de Cannes ) : "Quand, il y a plus d’un an, nous nous sommes demandé comment fêter le 60ème festival de Cannes, nous étions sûrs d’une chose : pas de retour sur le passé, de commémoration mortifère, d’autocélébration béate. En un mot, fêter soixante ans de création par une création. Un film donc, mais quel film ? En l’occurrence, cette fois-ci, il s'est agi de rassembler un groupe de créateurs, tous universellement reconnus, représentant à la fois leur pays et une conception orgueilleuse du cinéma, pour une promenade autour d'un thème unique, tremplin de leur inspiration. Venus des 5 continents, et de 25 pays, ces 33 réalisateurs livreront, en chacun 3 minutes, leur actuel état d’esprit inspiré par La salle de cinéma - seconde contrainte, mais aussi, bien sûr, promesse de Paradis ! Ils ont accepté de les découvrir en même temps que les festivaliers, le 20 mai, ainsi que le public, une diffusion étant programmée le même soir à la télévision (Canal+). C'est en pensant à cette variété de cultures, d’origines et de talents que nous avons donné à ce long métrage le titre de Chacun son cinéma. Espérons que cette aventure, peut-être pas sans lendemain, donnera envie de voyager en compagnie de cinéastes qui n'ont pas fini d'étonner ni de renouveler la création."

Dimanche 20 mai : célébration de ce 60ème festival de Cannes avec la projection, en la présence des auteurs, de 33 courts-métrages sur le thème de la salle de cinéma de 35 (2 Dardenne, 2 Coen) des plus grands réalisateurs de la planète cinéma.
Dans cette compilation forcément inégale on retiendra le burlesque savoureux de Manoel de Oliveira, l'ironie sûre des frères Coen, l'humour irrévérencieux flirtant avec le gore de Lars Von Trier, la beauté éthérée du Gus Van Sant, le quiproquo amusant du Polanski, la belle mélancolie de Hou Hsiao-Hsien, l'énergique numéro musical du Walter Salles, la malice et la perfection esthétique du Kitano et dans le registre de l'émotion le formidable travail des Dardenne et d'Innaritu sur la cécité.
Afin de revivre cette soirée magique Studio Canal a édité un dvd indispensable regroupant ces 33 courts augmenté de versions longues de "Anna" de Alejandro González Iñárritu (4'36"), "No Translation Needed" de Michael Cimino (3'44")
et de "Irtebak" de Elia Suleiman (6') ainsi qu'un 2ème montage de "The Electric Princess Picture House" de Hou Hsiao-hsien (3'22").



Aucun commentaire: