26 juin 2007

Ocean 's 13 - Steven Soderbergh

60 ème festival de Cannes - Hors compétition

Le perfide propriétaire de casino Willy Bank a eu le malheur de s'attaquer à l'ami et mentor de Danny, Reuben Tishkoff. Très mauvais calcul car Danny Ocean rameute ses fidèles complices pour infliger à Bank un châtiment exemplaire le soir de l'inauguration de son nouveau casino, The Bank.

Tout
e la fine équipe de gentlemen cambrioleurs emmenée par le sémillant Geoge Clooney est de retour pour un nouveau casse impossible. Exit Julia Roberts et Catherine Zeta-Jones, welcome sous les néons aveuglants de Las Végas à Ellen Barkin en arriviste cliché et Al Pacino curieusement éteint dans le rôle de l'infâme Willy Bank, nouvelle cible du gang Ocean bien décidé à venger l'un des leurs en faisant sauter la banque. Cette dernière aventure reprend paresseusement les ingrédients qui ont fait le succès de la saga : coolitude ravageuse, humour bon enfant, casse high-tech savamment élaboré, mise en scène grand luxe. Force est de constater que la machine ronronne sérieusement : à l'image d'un Ocean 12, relativement plaisant par son aspect potache et distancié, le scénario part dans tous les sens (entre la présentation particulièrement alambiquée des multiples préparatifs de ce nouveau casse on suit les pérégrinations d'un personnage du gang lors d'une grève dans une usine mexicaine où il est infiltré!), les acteurs semblent moins s'amuser qu'auparavant (un troisième volet moins divertissant et sexy que les deux premiers) bref la jubilation et le glamour peinent à se répéter. Malgré des atouts indéniables, un budget très confortable, un grand réalisateur oscarisé, Steven Soderbergh (Traffic, Solaris) et un casting quatre étoiles (Clooney, Pitt, Damon, Garcia, Pacino) le film ne s'ouvre pas vers de nouvelles perspectives de jeu mais commet une partie stéréotypée : élégamment executée (la mise en scène soyeuse et inventive sauve de l'ennui), sans surprise et d'un intérêt très relatif en fin de compte en regard du potentiel de l'équipe aux commandes.

Aucun commentaire: