26 juil. 2007

Die Hard 4 - Len Wiseman

Une attaque sur les infrastructures informatiques des Etats-Unis va engendrer un début de chaos dans le pays tout entier. Le mystérieux pirate a prévu le moindre détail de son plan numérique, mais n`imaginait pas qu`un grain de sable "analogique" pourrait dérégler la machine : John McClane...

Inaugurant en 1988 la saga Die Hard, Piège de cristal, réalisé par John Mc Tiernan, s'est imposé au fil des ans comme le mètre étalon du film d'action, une référence incontournable pour nombre de blockbusters éclos dans les années 90 comme Speed, Piège en haute mer, etc. Humour et action débridée étaient au rendez-vous des différentes aventures (58 minutes pour vivre en 1990 et Une journée en enfer en 1995) de l'inspecteur John Mc Clane (Bruce Willis), un flic bourru et rustique toujours au mauvais endroit et au mauvais moment.

Doté d'un humour décapant dans les pires situations et d'un caractère de chien enragé qui lui fait jouer des poings et du flingue comme personne, cet anti-héros terriblement attachant, reprend du service en 2007 pour lutter contre une menace terroriste d'un nouveau genre. Un ex-employé du ministère de la Défense viré pour prédictions jugées fantaisistes entend détruire l'ensemble des moyens de communication des Etats-Unis pour réussir un gigantesque hold-up virtuel. Flic old school réfractaire aux nouvelles technologies (voir sa découverte amusée d'un fax dans 58 minutes) contre petit génie de l'informatique, méthodes primitives (se servir de ses poings, d'un extincteur voire d'un véhicule pour dégommer ses adversaires) contre menace virtuelle : l'opposition réel/virtuel fait tout le sel de cette nouvelle aventure très spectaculaire. Décalage également avec cette nouvelle génération (un hacker allié, sa fille, son adversaire) aux moeurs et pratiques souvent incompréhensibles pour ce bon vieux McClane ! Sans temps mort, le film aligne des cascades, bagarres et autres poursuites incroyables faisant passer le second volet, de l'avis de tous le plus faible de la série, pour un épisode de Derrick! Pratiquant la surrenchère au niveau de l'action et du supense pour rivaliser avec des films et des séries TV toujours plus stimulantes comme MI3 ou 24, ce quatrième Die Hard conduit à toute vitesse son héros Mc CLane, "une montre à remonter en pleine ère numérique" selon son adversaire, dans des péripéties rocambolesques s'écartant trop à la fin de la vraisemblance, le corps malmené et ballotté par des chutes et empoignades à répétition. Bruce Willis, crâne rasé, enseveli sous des habits sombres (vs le marcel blanc des précédents épisodes) retrouve avec succès son rôle fétiche dans cette nouvelle aventure revigorante qui délaisse l'unité d'action, de lieu et de temps chère à la saga pour une course-poursuite effrénée dans plusieurs états contre une menace terroriste à grande échelle dans l'air du temps.

Aucun commentaire: