30 nov. 2008

Taken / Pierre Morel

Taken de Pierre Morel (Banlieue 13) avec Liam Neeson vient de sortir en Blu-ray chez Fox Pathé Europa.

Que peut-on imaginer de pire pour un père que d'assister impuissant à l'enlèvement de sa fille via un téléphone portable ? C'est le cauchemar vécu par Bryan, ancien agent des services secrets américains, qui n'a que quelques heures pour arracher Kim des mains d'un redoutable gang spécialisé dans la traite des femmes. Premier problème à résoudre : il est à Los Angeles, elle vient de se faire enlever à Paris.


Co écrit par Luc Besson et Robert Mark Kamen (L’arme fatale 3, Le cinquième élément, Le baiser mortel du dragon, Le transporteur 1 & 2), Taken décrit avec efficacité la traque sanglante d’un ex-agent des services secrets américains à la poursuite d’un gang albanais spécialisé dans la traite des blanches qui a kidnappé sa fille en vacances à Paris. Homme méthodique aux principes musclés, il va mettre son savoir-faire en termes de renseignement, appréhension et interrogatoire du suspect au service d’une vendetta personnelle brutale et sanglante.

Taken flirte en effet par son sujet avec le genre du vigilante développé dans les années 80 avec des films comme Un justicier dans la ville avec Charles Bronson et le pur film d’action tendance Commando avec Arnold Scharzenegger. Personnage principal imposant avare en dialogue, enlèvement d’un proche, ambiance glauque (ici un Paris interlope gangrené par la prostitution et la corruption au plus haut sommet de l’état), Taken a tout du polar poisseux et buriné propre à séduire les amateurs du genre. D’autant plus que le casting international est séduisant et la mise en scène percutante.

Autour d’un Liam Neeson imposant, très crédible en ex-agent et touchant en père de famille rongé par l’angoisse, Pierre Morel organise une course-poursuite effrénée dans Paris où la violence des affrontements se veut ultra-réaliste : en privilégiant les combats rapprochés et les fusillades à bout portant la mise en scène lorgne vers le traitement énergique et viscéral de l'action des deux derniers volets de la trilogie Bourne mis en scène par Paul Greengrass. S’il reste bien en deçà de ce modèle, question budget et talent également (pas de Dan Bradley en seconde équipe pour chorégraphier des cascades inventives ni de bon directeur d’acteur pour insuffler une réelle profondeur à ses personnages), Taken constitue un divertissement appréciable grâce à son rythme soutenu et la présence d’un acteur charismatique dans la peau d’un personnage peu séduisant de brute épaisse au cœur tendre, une machine à tuer contraint de reprendre du service pour une affaire personnelle censée émouvoir le spectateur (l’enlèvement de sa fille, Maggie Grace qui joue très bien la jeune femme naïve). En plaçant son héros dans une situation de crise en quelques heures le scénario cherche à instaurer un sentiment d’urgence que le montage relaie très bien.

Si on peut reprocher à son scénario son lot d’invraisemblances, des élans sirupeux en début et fin de métrage et un sous-texte idéologiquement douteux (la sainte Amérique vs une Europe débauchée) Taken constitue une bonne surprise eu égard au niveau des productions Besson en bannissant l’humour foireux et l’action cartoon ou encore les stéréotypes policiers à l’œuvre dans les produits maison comme Taxi ou le Transporteur pour un traitement nerveux de la chasse à l’homme (le personnage de Neeson laisse derrière lui une pagaille indescriptible) et une ambiance malsaine inattendue pour scotcher le spectateur à son fauteuil pendant 90 minutes.


Caractéristiques techniques

Copie d’une netteté remarquable. En privilégiant le DTS HD Master audio en VO et en VF le déchainement de violence qui parcourt tout le film prend toute son ampleur sonore.

Bonus

Visant l’efficacité et ne s’embarrassant pas de fioritures à l’image du personnage de Liam Neeson, les bonus de cette édition Blu-ray, identiques au DVD, sont constitués de modules assez courts donnant un rapide aperçu de ce tournage parisien. Outre un commentaire audio, le disque haute-définition propose un making of (18min20), très promo, avec images du tournage et interventions des membres l’équipe. Puis s’ajoutent des bonus sur L'entrainement de Liam Neeson (1min45), très convaincant en agent secret, Les répétitions de scènes de combats (2min), un comparatif story-board (3min03) et un sujet sur l'avant première du film à Paris à l'UGC Ciné cité (4min35).

Aucun commentaire: