6 avr. 2009

Wendy & Lucy / Kelly Reichardt

Wendy, accompagnée de son chien Lucy, a pris la route de l'Alaska dans l'espoir de trouver un petit boulot et commencer une nouvelle vie. Lorsque sa voiture tombe en panne dans une petite ville de l'Oregon...

Ce très joli petit film indépendant américain porté par la formidable Michelle Williams a été présenté au dernier festival de Cannes dans la catégorie Un certain regard.

Nous suivons avec empathie les pérégrinations d’une jeune femme précaire, accompagnée de son chien (la Lucy du titre), en stand-by dans une petite ville de l’Oregon avant de prendre le large vers l’Alaska, terre de promesse d’emploi.

Wendy et Lucy est un portrait sensible de l’Amérique profonde à travers la description d’une morne bourgade où les contacts humains sont rudes et un touchant itinéraire personnel en forme de combat pour la survie proche des expériences âpres des héroïnes des Dardenne où Wendy fait l’expérience du désespoir (voiture en rade), de la cruauté (sur la dénonciation d’un employé de son âge elle est arrêtée dans un centre commercial pour vol à l’étalage afin de nourrir son chien), de la terreur (superbe scène nocturne où Wendy est approchée sur son campement par un rôdeur illuminé) mais aussi de la générosité (un vieux veilleur de nuit l’aide moralement et financièrement à retrouver son chien).

Wendy and Lucy doit beaucoup au talent de son interprète principale, Michelle Williams, petit bout de femme combative et taciturne, déterminée à faire un sort à cette solitude redoutable en retrouvant son chien, un compagnon d’existence dont elle affronte l’aridité et la noirceur en chantonnant régulièrement un petit air, pour se donner la force d’avancer et peut-être espérer des lendemains plus radieux.

(sortie le 08 avril)

Aucun commentaire: