27 août 2009

Parking / Chung Mong-Hong

C'est le jour de la fête des mères à Taipei. Chen Mo a pris rendez-vous avec sa femme pour un dîner, avec l'espoir de renouer leurs liens distendus. Mais, il trouve sa voiture bloquée par une autre garée en double file après l'achat d'un gâteau.
Toute la nuit, Chen Mo passe des heures à tous les étages d'un immeuble pour chercher la personne qui s'est garée. C'est ainsi qu'il rencontre des personnages excentriques : un vieux couple vivant avec leur petite-fille précoce après la mort de leur fils unique, un patron de salon de coiffure manchot qui adore faire et manger de la soupe de poisson, une prostituée venant de Chine continentale qui veut échapper à son maquereau. Ainsi qu'un tailleur hongkongais accablé de dettes qui s'est fait coincer par des voyous...

61ème festival de Cannes-Un certain regard

Premier film de fiction pour Chung Mong-Hong, Parking (Ting che) se déroule à Taipei le temps d’une nuit où un homme, parti pour renouer avec sa femme, se voit contraint suite à un problème automobile d’aider plusieurs habitants d’un même immeuble.

Avec l’histoire tragi-comique de cet homme qui ne peut rentrer chez lui (sa voiture est successivement bloquée par plusieurs véhicules, un running gag assez savoureux) et rencontre au cours d’une folle nuit plusieurs personnages qui vont faire évoluer sa vision de la vie (une prostituée qui voudrait décrocher, un barbier manchot, un tailleur aux prises avec la mafia locale, un couple de personnes âgées qui attend le retour de leur fils décédé), Parking lorgne du côté du survolté After Hours de Martin Scorsese.

Ce long métrage asiatique varie les tons, de la comédie cocasse au drame familial en passant par le film de gangster, pour un résultat plaisant qui n’est pas sans baisses de rythme liées aux références maladroites au passé des protagonistes sous la forme de flash-back trop étirés. Mais Parking doit beaucoup de son capital sympathie au charisme de son acteur principal, la star taïwanaise Chang Chen vu dans Souffle de Kim Ki-duk et le dernier John Woo, Red Cliff.

Aucun commentaire: