26 déc. 2009

Les étreintes brisées / Pedro Almodovar

Dans l'obscurité, un homme écrit, vit et aime. Quatorze ans auparavant, il a eu un violent accident de voiture, dans lequel il n'a pas seulement perdu la vue mais où est morte Lena, la femme de sa vie.

L’un des plus grands auteurs du cinéma européen retrouve sa muse Penélope Cruz pour un mélodrame noir intitulée Les étreintes brisées.

Premier atout de ce nouveau film de Pedro Almodovar un scénario virtuose sur plusieurs strates temporelles, utilisant à la manière d’Hitchcock la figure du double avec une grande puissance dramatique. S’il y recycle nombre de ses thèmes de prédilection comme des situations familières pour le bonheur des habitués la puissance de ce mélodrame parlera au plus grand nombre.

Visuellement flamboyant, au service de son actrice principale, Les étreintes brisées contient selon son auteur «plusieurs histoires d'amour croisées, mais aussi une histoire d'amour sous-jacente, mon histoire d'amour avec le cinéma». Cette construction alambiquée a tendance à phagocyter l’émotion qui était plus manifeste dans le précédent film du maître espagnol, Volver porté par la belle et talentueuse Penélope toujours aussi amoureusement filmée. Elle irradie chacun de ses plans de cette belle et mélancolique histoire d’amour tragique.

Test blu-ray

Technique

Une belle palette colorimétrique dûe au chef op Rodrigo Pietro (Babel) et une bande sonore originale tout à fait honnête mettant en valeur la partition d’Alberto Iglesias.

Bonus

Penelope Cruz, la rencontre (20mn17) : une petite interview confidence face à Laurent Weil où la comédienne nous parle de son travail avec son réalisateur fétiche, de leur amitié et de l’approche des ses rôles écrits sur mesure par Almodovar.

Module le plus intéressant, Pedro Almodovar dirige ses actrices (5mn53) montre le réalisateur méticuleux au travail avec ses comédiennes, en symbiose avec Cruz dans le façonnement de son personnage.

Puis est proposé un court-métrage assez drôle La conseillère anthropophage signé Almodovar mettant en scène Carmen Machi avec un des personnages féminins du long-métrage de Mateo Blanco (Filles et Valises). Nous retrouvons ce personnage secondaire dans les scènes inédites sans véritable intérêt. Enfin une galerie de photos, des bandes annonces française et espagnole ainsi que 3 teasers complètent cette édition FPE.

Aucun commentaire: