24 janv. 2010

Jeux de Lang, un coffret mortel

Deux films majeurs de la carrière américaine de Fritz Lang, La femme au portrait (1944) et La rue rouge (1945) sont regroupés dans un superbe coffret (2DVD+Livre) édité par Wild Side intitulé Jeux de Lang.

Le synopsis de La femme au portrait
Enseignant la psychologie à l'université, le Professeur Richard Wanley rencontre Alice, une femme mystérieuse. Celle-ci est en effet le modèle d'un tableau en vitrine dont Wanley est tombé amoureux. Après une soirée arrosée, Richard et Alice vont prendre un dernier verre chez elle lorsque le compagnon d'Alice les surprend. En état de légitime défense, Richard poignarde l'homme : le couple décide alors de faire disparaître le cadavre...

Le synopsis de La rue rouge
Petit caissier sans histoires, Christopher Cross rencontre, suite à une soirée arrosée, une jeune femme du nom de Kitty dans une rue de Greenwich Village. Elle le prend pour un riche artiste, lui qui n’est qu’un peintre amateur, tandis qu’il tombe amoureux d’elle. Motivée par Johnny, son amant, Kitty décide alors de profiter de l’affection de Christopher afin de lui soutirer de l’argent. Celui-ci s’endette pour lui payer un appartement, cachant cette relation à son épouse acariâtre, Adèle. Mais Kitty demande toujours plus, et Christopher est contraint à voler dans les caisses de son patron.

Fitz Lang réalise en 2 ans 2 films qui présentent une certaine gémellité : même casting avec des acteurs qui incarnent peu ou prou les mêmes personnages dans le registre parfaitement maîtrisé par son auteur du film noir. Soit un middle-aged man (Edward G.Robinson), un homme moyen à la vie terne qui perd pied, le contrôle de son existence paisible et sans accrocs suite à sa rencontre avec une femme fatale (Joan Bennett). De plus, dans ces deux films, la peinture joue un rôle central dans l'intrigue : loin d'être un simple accessoire du décor les tableaux constituent un remarquable outil narratif qui va faire basculer l'histoire et la vie d'Edward G.Robinson. Tout un jeu sur les apparences y est décliné avec subtilité.
Dans La femme au portrait comme dans La rue rouge, un remake de La chienne de Renoir, les passions sont exacerbées aboutissant au meurtre et à la culpabilité. Ces deux longs métrages sont ainsi représentatifs de l'oeuvre américaine de Lang centrée sur un triangle obsessionnel : l'homme, le crime, la justice.
Suspense implacable, mise en scène éblouissante, réflexion morale sur la culpabilité, ces deux joyaux de Fritz Lang sont indispensables à toute dvdthèque qui se respecte. Ils bénéficient d'un master restauré et sont accompagnés par un luxueux livret de 80p.

Suppléments DVD
Story board original
Scénario original annoté par Fritz Lang imprimable
Dossier de presse d’époque imprimable
Notes de tournage de Fritz Lang
Galerie photos
Affiches (française et américaine) imprimables

Aucun commentaire: