18 févr. 2010

Tora!Tora!Tora! / Richard Fleischer

Matin du 7 décembre 1941. La base navale américaine de Pearl Habor, dans le Pacifique, s'éveille à peine. Les chasseurs de l'armée japonaise sont, eux, déjà en route pour ce qui restera dans l'Histoire comme l'une des attaques les plus meurtrières jamais commises contre les Etats-Unis.

Le 7 Décembre 1941, la fierté américaine en prit un coup terrible avec la destruction de la base de Pearl Harbor par l'armée japonaise.
Tora! Tora! Tora! de Richard Fleischer (Les vikings, Soleil vert) est la reconstitution saisissante de cet évènement dramatique : 2403 soldats périrent et les pertes navales furent plus nombreuses en un jour qu'au cours de la 1ère guerre.
Très documenté le film est constamment dans le respect des faits et des acteurs de ce jour d'infamie. Cette recherche documentaire va de pair avec un casting excluant les stars, à l'inverse du Jour le plus long, autre production Zanuck, et un récit faisant grande place à la tactique militaire, au jeu politique avant de se consacrer au spectaculaire de l'attaque en question dans les dernières 45 mn. L'accent est mis sur les différences culturelles et les comportements militaires des américains et des japonais . En effet la préparation de l'attaque comme la description d'une armée américaine trop sûre de sa toute puissance occupe les 2/3 d'un métrage se terminant par une tragédie nonobstant cette phrase terrible prononcé par un général japonais "J'ai peur que nous n'ayons réveillé un géant endormi et que sa réaction doit terrible".
Trente avant le Pearl Harbor de Michael Bay plombé par une surenchère dans l'émotion et les artifices visuels, Tora! Tora! Tora! propose un mélange convaincant de miniatures, décors naturels et effets pyrotechniques pour reconstituer le chaos généré par l'attaque surprise des japonais (inspirés pour leur offensive par l'attaque britannique sur la base navale italienne de Tarante en nov 40).
Un tiède accueil critique et public fut réservé au film aux USA qui connut un gros succès au Japon.
Récompensé par l'Oscar des meilleurs effets visuels, ce film de guerre réalisé par Richard Fleischer, secondé pour les scènes japonaises par Toshio Masuda et Kinji Fukusaku après l'abandon pour maladie d'Akira Kurosawa, est considéré comme un des premiers docudrames. Mélangant de manière convaincante exigence documentaire et drame guerrier, Tora! Tora! Tora! demeure un des meilleurs films sur la guerre du Pacifique.

Test Blu-ray

Technique
Un beau travail de restauration : piqué de l'image, éclat des couleurs, belle définition et un léger grain cinéma pour ce classique du film de guerre qui se voit offrir une belle édition HD FPE. La piste DTS-HD Master Audio 5.1 Anglaise / Japonaise, harmonieuse et dynamique, l'emporte sur le mixage DTS 5.1 mi débit français moins fin. Appréciable immersion du spectateur lors de l'attaque sur Pearl Harbor.

Bonus
Est proposée sur le disque la version japonaise plus longue d’une dizaine de minutes, pour la plupart des scènes de discussion.
Commentaire audio (VOST) de Richard Fleischer et de Stuart Galbraith IV : trop délayé et sporadique au regard de la durée du métrage.
Documentaire : Jour d'infamie (20mn02 - vost) : une leçon d'Histoire synthétique sur cet évènement et la réaction des américains par des historiens reconnus.
L'histoire et Hollywood : Tora ! Tora ! Tora ! Un géant s'éveille (1h30mn - vost) : un document fleuve, passionnant, sur la genèse du projet, le tournage, la réception par le public, etc, agrémenté d'images d'époques, de nombreuses interviews (historiens, producteurs, réalisateurs). Pour tout savoir sur cet évènement dramatique et l'adaptation cinématographique qui n'a pas été sans problèmes logistiques (réunir les avions nécessaires en particulier les " Zero " japonais) ou humains (remplacement d'Akira Kurosawa chargé des scènes japonaises) c'est ici.
AMC Backstory (22mn06 - vost) : un module plus promotionnel que les précédents reprenant bon nombre d'informations des documentaires précédents en se focalisant sur le spectaculaire de la reconstitution et les problèmes de budget.
Cette édition se termine avec deux galeries de photos (production et tournage) et la bande annonce du film.

Aucun commentaire: