23 sept. 2010

The ghost writer / Roman Polanski

Lorsqu’un célèbre “nègre” littéraire anglais accepte d’achever les mémoires de l’ancien premier ministre Adam Lang, son agent lui assure que c’est la chance de sa vie. Mais le projet semble d’emblée marqué par la fatalité : le “nègre” apprend ainsi que son prédécesseur, fidèle bras droit d’Adam Lang, est mort dans un mystérieux accident...

Adaptation du roman de Thomas Harris L'homme de l'ombre, The ghost writer développe des thèmes qui font écho à la vie de Roman Polanski (l'exil) ou récurrents dans sa filmographie (l'enfermement, les faux-semblants) sur un canevas scénaristique brillamment exécuté.
La thématique de l'enfermement au coeur d'oeuvres comme Le Pianiste ou Le Locataire s'illustre ici de manière inspirée avec le décor de la villa sur la plage qui tient plus du blockhaus ultra sécurisé que de la résidence de villégiature où est reclus une bonne partie du film le ghost writer pour y travailler, un job qui tient de la spirale infernale. Une sensation d'oppression, anxiogène parcourt en effet tout le film : le héros joué par Ewan McGregor est emporté malgré lui dans une affaire trouble dont l'enquêteur et le spectateur découvrent en même temps l'ampleur dramatique menaçant la sécurité de tous si la vérité était éventée. Derrière l'aventure littéraire se cache une affaire politique potentiellement explosive impliquant les services secrets comme des proches; derrière le thriller politique le drame shakespearien n'est pas loin.
Ce nouveau film de Polanski a tous les ingrédients du parfait thriller hitchcockien : l'homme ordinaire plongé dans une situation extraordinaire, jeu sur les apparences, climat paranoïaque.
A l'action spectaculaire est préférée une subtile montée de la tension, en témoigne deux séquences particulièrement inspirées : la rencontre, dans sa demeure perdue dans les bois, d'un personnage énigmatique et inquiétant interprété par Tom Wilkinson et l'épilogue marqué par l'élégance d'un travelling latéral et l'utilisation habile du hors-champ pour décupler un effet dramatique.
Histoire passionnante, personnages parfaitement interprétés des personnages principaux aux seconds rôles, mise en scène au cordeau, ce Ghost Writer, récompensé par un Ours d'argent au Festival de Berlin 2010 et un prix du meilleur réalisateur, a tout d'un classique.

Test blu-ray

Technique
Une image de grande classe avec une très bonne tenue dans les noirs et fidèle à la photographie froide de Pawel Edelman
Les pistes VO comme VF offrent une belle enveloppe sonore avec à l'arrière la superbe bo d'Alexandre Desplat

Bonus
3 courts dont 2 très intéressants modules d'une dizaine de minutes
Robert Harris : du roman au film : Robert Harris évoque la création du livre et sa collaboration avec Roman Polanski sur l'adaptation
Interviews des acteurs : exercice promo où les acteurs louent notamment la précision du travail de Polanski
Roman Polanski vous raconte son Ghost Writer : une interview exclusive et précieuse du réalisateur dans sa résidence surveillée où il livre quelques secrets de fabrication de ce film "fait pour les grandes personnes"
Bande-annonce et galerie de photos complètent l'interactivité de cette édition HD FPE (incluant le DVD du film) au transfert splendide.

Aucun commentaire: