25 août 2010

Poetry / Lee Chang-Dong

Dans une petite ville de la province du Gyeonggi traversée par le fleuve Han, Mija vit avec son petit-fils, qui est collégien. C’est une femme excentrique, pleine de curiosité, qui aime soigner son apparence, arborant des chapeaux à motifs floraux et des tenues aux couleurs vives. Le hasard l’amène à suivre des cours de poésie à la maison de la culture de son quartier et, pour la première fois dans sa vie, à écrire un poème. Elle cherche la beauté dans son environnement habituel auquel elle n’a pas prêté une attention particulière jusque-là. Elle a l’impression de découvrir pour la première fois les choses qu’elle a toujours vues, et cela la stimule. Cependant, survient un événement inattendu qui lui fait réaliser que la vie n’est pas aussi belle qu’elle le pensait.

63ème Festival de Cannes-Compétition

L’héroïne de Poetry est vraiment à part dans le cinéma mondial actuel : une vieille dame, modeste, toujours coquette, vit seule avec son petit-fils lymphatique dont elle doit prendre en charge un geste irresponsable, s’occupe d’un vieillard hémiplégique et s’initie à la poésie, cherchant de la beauté dans son environnement habituel.

La poésie lui offre un moyen de s’éveiller à la beauté du monde (voir autrement ce qui nous entoure) comme un outil pour fixer, par l’écrit, des sensations, des souvenirs qu’elle oublie petit à petit, Alzheimer faisant progressivement son travail de sappe. Le film dit la fascination pour la beauté de la nature, illustre le « bien voir » préconisé par le professeur-poète consulté par la vieille dame, recommendation étendue de la poésie au cinéma (l’expérience filmique vécue par le spectateur).

A la fois grave et aérien, sombre et lumineux, porté par l’interprétation remarquable de Yun Junghee pour traduire avec sobriété une grande force intérieure et des sentiments variés, subtil dans son évocation du fossé entre les régions et l’érosion des valeurs familiales comme morales, Poetry est l’histoire magnifique et poignante d’une femme digne et déterminée sauver sa famille et à chercher le Beau dans un monde cruel et indifférent à autrui.

(chronique cannoise; sortie : 25/08/2010)


Aucun commentaire: