24 mai 2010

Stones in exile / Stephen Kijak

Les coulisses de l'enregistrement de l'album Exile on main street des Rolling Stones
(photo FB)
Présenté en séance spéciale, Stones in exile, le documentaire sur les Rolling Stones réalisé par Stephen Kijak aura attiré les foules à la Quinzaine des réalisateurs en raison de la présence de Mick Jagger venu sur la Croisette pour la présentation de ce making-of de l'enregistrement de l'album mythique Exile on main street.

"En ce temps-là, nous étions jeunes, beaux et stupides, maintenant nous ne sommes que stupides"(Mick Jagger lors de la présentation du documentaire au Palais Stéphanie de Cannes)

Ce documentaire sera diffusé le 10 juin sur France 5 et est disponible en DVD dans le coffret accompagnant la réedition de l'album proposé en version remastérisé et avec dix titres inédits.

Considéré comme un des meilleurs albums de l'histoire du rock mais descendu par la critique à sa sortie, ce double-album marqué par les bouleversements sociaux et politiques de la fin des années 60 est un melting-pot de musique américaine: rock, blues, gospel, soul.

Le doc, mêlant interviews récentes du groupe et images d'archives dûes à Robert Franck et Dominique Tarlé, raconte les coulisses très "sex, drugs and rock'n'roll" de l'enregistrement de l'album dans les studios Olympic à Londres et surtout à la villa Nellcote louée par Keith Richards à Villefranche-sur-Mer, sur la côte d'Azur avant les finitions à Los Angeles.

Hormis une petite séquence inédite en n&b concernant l'enregistrement du titre Loving Cup dans la cave de la villa louée par Richards, tombé amoureux de la France, les images issues de ce doc sont bien connues des fans des Stones car déjà présentes dans les films de la tournée 72 : Ladies and Gentlemen the Rolling Stones et Cocksucker Blues.
Le montage de ce doc centré sur l'histoire passionnante de l'enregistrement d'un des albums mythiques de l'histoire du rock'n'roll où les Stones se livrent avec honnêté est efficace et entrainant durant 1H. Un bon making-of pour accompagner la réédition évenementielle du disque Exile on main street.

Aucun commentaire: