13 sept. 2010

Kick-ass / Matthew Vaughn

Dave Lizewski est un adolescent gavé de comics qui ne vit que pour ce monde de super-héros et d'incroyables aventures. Décidé à vivre son obsession jusque dans la réalité, il se choisit un nom – Kick-Ass – se fabrique lui-même un costume, et se lance dans une bataille effrénée contre le crime. Dans son délire, il n'a qu'un seul problème : Kick-Ass n'a pas le moindre superpouvoir... Le voilà pourchassé par toutes les brutes de la ville. Mais Kick-Ass s'associe bientôt à d'autres délirants copycats décidés eux aussi à faire régner la justice. Parmi eux, une enfant de 11 ans, Hit Girl et son père Big Daddy, mais aussi Red Mist. Le parrain de la mafia locale, Frank D'Amico, va leur donner l'occasion de montrer ce dont ils sont capables...

Véritable bombe cinématographique sortie en avril dernier, Kick-ass de Matthew Vaughn (Layer cake, Stardust) est l'adaptation jubilatoire d'un comics de Mark Millar : original, gonflé, un film d'action improbable qui lorgne vers l'humour distancié et le pastiche du film de super-héros, injecte un suspense digne des meilleurs films d'action tout en distillant de l'émotion en s'attachant à des personnages certes peu conventionnels voire quelque peu dérangés mais plein d'humanité (de l'importance de la famille et de la solidarité dans un monde d'égoïsme et de lâcheté).

Ce long métrage présente en effet une belle brochette de personnages assez dingues : un lycéen mal dans sa peau qui se rêve en superhéros, un père et sa fille passionnés par les armes et la justice, des gangsters sortis d'un film d'un Scorsese. Même si le casting masculin est impeccable (Aaron Johnson et Nicolas cage en tête) la jeune Chloe Moretz en action girl vole la vedette à tout le monde.

Matthew Vaughn en sale garnement aligne les scènes osés politiquement incorrect (pour lui apprendre à encaisser les tirs ennemis un père tire sur sa fillette de 11 ans munie d'un gilet pare-balle) via une mise en scène décomplexée (flash-back en BD de l'histoire de Big Daddy, scène finale de fusillade à faire rougir John Woo et Tarantino où une gamine met une raclée magistrale à une horde de porte-flingues), soupoudre son récit de culture geek (Youtube, comics) et d'humour slap-stick (un bad guy se fait dessouder avec un bazooka) mais aussi montre une violence sèche et brutale très scorsesienne (le héros passe tout le film à morfler sérieusement). En effet s'il se moque gentiment des codes du film de super-héros (l'acquisition d'un costume, le véhicule personnalisé, le signal), le film montre la difficulté et la douleur d'être un adulte et un héros : vous en avez souvent vu, vous, des films où le personnage principal se fait planter dès sa première mission et part à la case hosto?
S'il fait montre globalement d'une approche originale du film de super-héros, Matthew Vaugh lance son récit dans le dernier quart vers les chemins plus balisés et conventionnels de ce genre de film avec revanche et accomplissement de son destin à la clé. Mais le film est tellement insolent, divertissant, jubilatoire sur la durée qu'il serait mesquin de bouder son plaisir.


Concentré de pop culture, Kick-ass ravit avec ce mélange assez détonnant entre divers tons (rire, émotion, peur) et univers (comics, jeu vidéo, cinéma de genre) qui donne vraiment envie de voir la suite.

Test DVD
Technique
Images aux couleurs riches et contrastes marqués, pistes sonores au mixage percutant : on est au top de la SD en attendant de découvrir l'édition blu-ray

Bonus
Commentaire audio de Matthew Vaughn : en toute liberté et franchise (des réserves sont émises sur la fin) le réalisateur revient sur son film très ciblé culture geek
Featurette sur le comic book Kick-Ass (19') : en l'absence d'un making-of consacré au film est proposé ici un module très intéressant sur le comic-book d'origine avec des interventions de ses créateurs Mark Millar et John Romita Jr
Cette édition Metropolitan est complétée par une galeries d'images et des bandes -annonces.

(Sortie DVD & BD le 15/09/2010)

Aucun commentaire: