13 nov. 2010

La trilogie du dollar / Sergio Leone

La trilogie mythique de Sergio Leone avec trois westerns spaghetti : Pour une poignée de dollars, Et pour quelques dollars de plus, Le bon, la brute et le truand.

Dès sa première incursion dans le genre Sergio Leone pulvérise dans Pour une poignée de dollar (1964) les codes du western avec son héros/anti-héros décalé (solitaire taciturne et cynique, motivé essentiellement par l'argent, avec un dress code particulier), son refus de la psychologie et de la morale au profit d'une action ludique et violente, des fulgurances de mise en scène baroque avec ces très gros plans dans des séquences de tension où le temps est dilaté. La musique de Ennio Morricone joue également pour beaucoup dans le succès de ce westerns spaghetti inspiré du Yojimbo de Kurosawa.

Dans Pour quelques dollars de plus (1965) Leone muscle le scénario qui dans le premier tourne un peu en rond en ajoutant un personnage de chasseur de primes aux côtés de l'Homme sans nom interprété à nouveau par Clint Eastwood. Face à Eastwood et Lee Van Cleef, Gian Maria Volonte incarne le bad guy à l'état pur. Leone introduit le motif du flash-back, récurrent dans la trilogie Il était une fois et l'utilisation de l'arène circulaire comme théâtre de duel.

La mise prendra plus d'ampleur, en alternant scènes spectaculaires et scènes plus intimistes, avec Le bon, la brute et le truand (1966), sommet de cette trilogie où la guerre fait irruption dans les aventures picaresques d'un trio infernal campé par les charismatiques Cint Eastwood, Lee Van Cleef et Eli Wallach dans le rôle de l'impayable Tuco. La séquence finale, l'affrontement dans un cimetière, est particulièrement mémorable par la virtuosité de sa mise en scène amplifiée par la musique de Morricone et ses dialogues inspirés dont le fameux "Dans la vie, il y a ceux qui ont un revolver chargé et ceux qui creusent. Alors, creuse !".

Deux ans plus tard, avec Il était une fois dans l'ouest, envoûtante danse de mort, Leone entrera définitivement au panthéon des grands stylistes du western.


Test blu-ray

Technique

Les deux premiers opus de cette trilogie du dollar ne bénéficient malheureusement pas de masters propres qui rendent justice aux films : quelques taches par ci par là, un piqué insuffisant en basse lumière et un fourmillement trop présent. Les extérieurs restent lumineux et bien définis dans Pour quelques dollars de plus.

Si l'image ne convainc qu'en partie, les pistes sons remasterisées sont très efficaces : la VO anglaise en 5.1 DTS HD s'avère en effet dynamique et profonde. A noter que la VF avec doublage d'époque de Pour une poignée de dollars est enfin disponible après l'imbroglio juridique qui empêchait jusquà maintenant la commercialisation du titre.

Pour une poignée de dollars étant édité pour la toute première fois en DVD et en Blu-ray tout comme Et pour quelques dollars de plus disponible pour la première fois en Blu-ray (uniquement en coffret lui aussi) il est difficile pour les fans des premiers westerns de Sergio Leone de faire l'impasse sur ce coffret, malgré des masters décevants pour ces deux titres.

Le master restauré de Le bon, la brute et le truand, utilisé pour la sortie du DVD collector en 2004, est quant à lui de bonne qualité comme l'acoustique. La version longue est à visionner de préférence en vo car Clint Eastwood et Eli Wallach ont effectué le doublage pour les séquences additionnelles, à l'inverse de la piste française proposant des doubleurs différents lors des ajouts.

Bonus

Concernant les bonus des deux premier films, seules les archives de Christopher Frayling sont malheureusement sous-titrées en français. Sur le disque de Pour une poignée de dollars, cet historien collectionneur nous fait découvrir des affiches originales, des photos d'exploitation pour la sortie dans différents pays de ce premier volet et la première version du scénario initialement intitulé The magnificient stranger.

Les autres courts modules comme celui consacré au nouveau type de héros initié par Leone ou bien les interventions de professionnels comme le réalisateur Monte Hellman sont intéressants mais à consulter exclusivement dans la langue de Shakespeare.

Même type d'interactivité pour Et pour quelques dollars de plus avec interventions toujours pertinentes de sir Christopher Frayling.

Les bonus du blu-ray de Le bon, la brute et le truand, proposé dans sa version longue, sont quant à eux intégralement en VOST. Cette édition blu-ray propose, par rapport à l'édition DVD collector, un nouveau commentaire audio du biographe de Leone, Christopher Frayling qui, pendant 3 heures, nous régalent de ses analyses et anecdotes.

Parmi les modules à retenir en priorité citons L'ouest de Leone, un documentaire s'appuyant sur des photos d’époque et des interviews récentes de Clint Eastwood et d'Eli Wallach pour montrer la singularité des westerns italiens et en particulier ceux de Sergio Leone vu au travail dans les célèbres studios Almeria en Espagne.

Le style de Leone, axé sur les méthodes de travail du réalisateur et les caractéristiques de son style et le documentaire L’homme qui perdit la guerre civile, expliquant la toile de fond historique du film à travers divers documents écrits et vidéo (à base de reconstitutions) sont également recommendables.

Un module sur la version longue du film et un autre sur la musique composé par le maestro Ennio Morricone complètent l'interactivité.

Le détail des bonus de ce coffret FPE :

Pour une poignée de Dollars
- Archives de Christopher Frayling : Pour une poignée de Dollars
- Commentaire de Christopher Frayling, historien du cinéma
- Documentaire : Un nouveau genre de héros
- A quelques semaines en Espagne : entretien avec Clint Eastwood
- Tre Voci/Les trois voix : Pour une poignée de Dollars

- Monte Hellman, à propos de la diffusion télévisée de Pour une poignée de dollars
- Entretien avec Harry Dean Stanton
- Documentaire : le lieu de tournage, d'hier à aujourd'hui
- 10 Spots radio

- Bande-annonce

Pour Quelques Dollars De Plus
- Commentaire audio de Sir Christopher Frayling, biographe de Sergio Leone
- "Clint revient à la charge" : Clint Eastwood parle de sa collaboration avec Leone - "Un nouveau procédé" : analyse de Sir Christopher Frayling sur le style de Leone
- "Tre Voci / Les trois voix" : le producteur Alberto Grimaldi, le scénariste Sergio Donati et l’acteur Mickey Knox parlent du film - Documentaire sur le travail de restauration
- Scènes inédites provenant de la version américaine - Retour sur les lieux de tournage
- Bandes-annonces originales
- Galeries photos

Le Bon, La Brute et le Truand
- Commentaire audio de Richard Schickel, biographe de Clint Eastwood
- Commentaire audio de l’historien Christopher Frayling
- Making of : «L’Ouest selon Leone»

- 6 documentaires (86’)
- 2 scènes coupées (10’45”)
- Bonus cachés (3’)

1 commentaire:

Anonyme a dit…

One сan Rаspberry Ketoneѕ using colon cleаnsеrѕ and suρply muscles with a
hefty 60 pοunԁs and wаnt to join theѕe
health pгoblemѕ, and things were lookіng for.
Ιt quickly гunѕ out of weight-lоsѕ
progrаms, anԁ manу chocolate bars and
more caloriеs than fat. Consuming ωater
reρlaces othеr bevеragеs, you are craνing
an extrа mіle. Thiѕ diet program ρroves that carrying weight arounԁ your belly is gradually burnt
down.

my ωeblog - 3Raspberryketonemonster.Com