22 janv. 2011

Les Runaways/ Floria Sigismondi

Los Angeles, 1975. Joan Jett et Cherie Currie, deux adolescentes rebelles, se rencontrent et deviennent les figures emblématiques de ce qui se révélera être le plus célèbre des groupes de glam rock féminin, les Runaways. Après une irrésistible ascension dans une Californie en ébullition créative, ces deux jeunes stars légendaires vont ouvrir la voie aux générations futures de femmes musiciennes. Sous l’influence de leur imprésario, l’excentrique Kim Fowley, le groupe va vite s’imposer et déchaîner les foules. Au-delà d’une trajectoire unique, voici l’histoire vraie de jeunes filles qui en se cherchant, vont toucher leurs rêves et changer la musique pour toujours.

Premier film de cinéma par la réalisatrice de clips Floria Sigismondi, Les Runaways s'attache à raconter via la chronique d'une adolescence agitée l'histoire du premier grand groupe de rock féminin emmenée par Joan Jett.
La réalisatrice évite les écueils du biopic classique en se focalisant sur le parcours initiatique de deux jeunes femmes propulsées dans le monde sulfureux du rock des années 70, récit d'une aventure incroyable balisée d'épisodes intenses où Dakota Fanning et Kirsten Stewart, la blonde Cherie Currie et la brune Joan Jett, donnent toute la mesure de leur talent notamment en réinterprétant les chansons des Runaways.
Entourant ce duo charismatique, Michael Shannon compose à nouveau un personnage halluciné, le producteur Kim Fowley. L'euphorie et les déceptions, le vertige de la gloire et la séduction dangereuse des paradis artificiels sont justement exprimés par les deux actrices dont Fanning qui a bien grandi depuis son rôle de petite chouineuse de La guerre des mondes hérite du rôle le plus complexe.
L'esthétisme des plans capture l'énergie rock et son cortège de dérives tout en suggérant les émotions (envie de reconnaissance, jalousie, amour, spleen)
qui assaillent ces jeunes filles montées trop haut et trop vite. Floria Sigismondi a volontairement délaissé la matérialisation de l'inspiration créative (comment Joan Jett composait les chansons du groupe) et une approche psychologique de ses personnages pour se concentrer sur les manifestations du romantisme sombre de ces adolescentes saisies dans un portrait impressionniste renvoyant au travail de Sofia Coppola (Virgin suicides) comme à celui d'Anton Corbijn (Control).

Test DVD
L'image SD est très convaincante avec un piqué très convenable, des contrastes bien gérés et une colorimétrie riche respectant la belle photographie de Benoît Debie. La piste Anglais Dolby Digital 5.1 permet d'apprécier la sympathique bande-son de ce film rock.

Bonus

Pour débuter est proposé un commentaire audio exclusivement féminin avec Joan Jett, Kristen Stewart et Dakota Fanning.
Puis un making-of classique (15'), composé d'extraits du tournage et d'interventions des actrices principales, de la réalisatrice
Floria Sigismondi, des producteurs et de l'artiste Cherie Currie qui a écrit une autobiographie dont le film est inspiré, est proposé en complément de l'agréable interview (14') de la réalisatrice qui revient sur ses intentions comme sur son travail avec ses actrices qui ont bénéficié pour la préparation et sur le set des conseils de Joan Jett et de Cherie Currie.
2 courts modules de 2'chacun, un spot sur le groupe des Runaways et le casting, le clip de la chanson Cherry Bomb, sont ajoutés à cette édition de belle facture signée
Metropolitan Film Export.


Chronique réalisée en partenariat avec
Cinetrafic.fr à retrouver également sur la page du film : http://www.cinetrafic.fr/film/26906/les-runaways.

Aucun commentaire: