21 févr. 2011

Largo Winch 2 /Jérôme Salle

Propulsé à la tête du groupe W après le décès de son père adoptif, Largo Winch décide, à la surprise générale, de le mettre en vente afin de créer une ambitieuse fondation humanitaire. Mais le jour de la signature, il se retrouve accusé de crimes contre l'humanité par un mystérieux témoin. Pour prouver son innocence, Largo devra retourner sur les traces de sa vie passée, au cœur de la jungle birmane.

Le premier Largo Winch était une tentative plutôt réussie de ressusciter le film d'aventures à la française popularisé par Henri Verneuil et Philippe de Broca dans les années 60 et progressivement laissé en jachère...jusqu'à cette adaptation ciné des tribulations du héros de bd créé par Jean Van Hamme.

Toujours réalisé par Jérôme Salle, ce second opus est une histoire originale s'inspirant des tomes La Forteresse de Makiling et L’Heure du tigre avec une volonté d'offrir un spectacle plus explosif et trépidant que le précédent qui avait comme contrainte de présenter un univers et un personnage, contrat acquité avec des variations de rythme assez frustrantes.

Passé quelques aller-retour temporels un peu laborieux pour tracer les grandes lignes de l'intrigue, Largo Winch 2 corse le cocktail action/aventure offert dans le premier en misant davantage sur l'action pyrotechnique, le glamour et l'humour. Trois grosses séquences d'action parsèment le récit : si la poursuite en voiture et l'attaque d'un village birman sont loin d'égaler les standards hollywoodiens comme Jason Bourne, James Bond (vers lequel cette franchise française lorgne de plus en plus) ou Rambo, la bagarre en chute libre, tournée en conditions réelles, est vraiment impressionnante avec un Tomer Sisley qui a assuré ses cascades.

Aux côtés justement de Tomer Sisley au jeu plus affiné que dans le premier volet, nous retrouvons la sémillante Sharon Stone avec un grand numéro auto-parodique de croisement/décroisement de jambes mais surtout Nicolas Vaude et Olivier Barthélémy en comparses risque-tout.

La présence accrue de ses personnages emblématique de la série est une grande plus-value pour ce nouveau volet divertissant qui appelle forcément une suite à cette réussite française dans un genre dominé par le cinéma américain.


Aucun commentaire: