18 juil. 2011

The Murderer / Hong-jin Ha

Yanji, ville chinoise de la Préfecture de Yanbian, coincée entre la Corée du Nord et la Russie, où vivent quelques 800 000 Sino-coréens surnommés les «Joseon-Jok.» 50% de cette population vit d’activités illégales. Gu-nam, chauffeur de taxi, y mène une vie misérable. Depuis six mois, il est sans nouvelles de sa femme, partie en Corée du Sud pour chercher du travail. Myun, un parrain local, lui propose de l’aider à passer en Corée pour retrouver sa femme et même de rembourser ses dettes de jeu. En contrepartie il devra simplement… y assassiner un inconnu. Mais rien ne se passera comme prévu…

Auteur du remarqué The chaser présenté au festival de Cannes en 2008, Hong-jin Na reprend les mêmes acteurs Kim Yun-seok et Kim Yun-seok en inversant les rôles (le chasseur devenant la proie et inversément) pour un polar qui à nouveau a la forme d’une implacable chasse à l’homme. Cette fois-ci la traque n’est pas circonscrite à un quartier mais s’étend de la Chine à la Corée.

Bénéficiant d’un budget confortable (8M d’euros financés en partie par la Fox) le réalisateur sud-coréen multiplie dans The murder les affrontements violents à main nus ou à l’arme blanche avec une prédilection pour le couteau de boucher ou la hachette, les carambolages automobiles et les poursuites à pied (une spécialité depuis son premier film) avec une maestria visuelle amplifiée.

La mise en scène énergique, entièrement tendue vers la captation du mouvement, de la fuite comme moyens de survie, couplée à un montage fait de The murderer un cousin coréen de la Vengeance dans la peau et de A bout portant.

S’il n’est pas exempt d’invraisemblances et d’une surenchère dans le gore et la violence qui pourrait lasser sur la durée, The murderer tient assez bien la distance (2h20 au compteur) grâce à un savoir-faire indéniable en terme de mise en scène trépidante comme d’écriture des personnages maléfiques, Kim Yun-seok dans un rôle déjà anthologique de brute rustre increvable.

(sortie le 20 juillet en salles)
Justifier

Aucun commentaire: