12 avr. 2013

Ted / Seth MacFarlane

À 8 ans, le petit John Bennett fit le voeu que son ours en peluche de Noël s’anime et devienne son meilleur ami pour la vie, et il vit son voeu exaucé. Presque 30 ans plus tard, l’histoire n’a plus vraiment les allures d’un conte de Noël. L’omniprésence de Ted aux côtés de John pèse lourdement sur sa relation amoureuse avec Lori. Bien que patiente, Lori voit en cette amitié exclusive, consistant principalement à boire des bières et fumer de l’herbe devant des programmes télé plus ringards les uns que les autres, un handicap pour John qui le confine à l’enfance, l’empêche de réussir professionnellement et de réellement s’investir dans leur couple. Déchiré entre son amour pour Lori et sa loyauté envers Ted, John lutte pour devenir enfin un homme, un vrai ! 

Carton surprise au box-office us avec 216M$, Ted est une des plus originales propositions comiques de ces dernières années en mélangeant l'humour trash de Judd Apatow et le conte à la Spielberg avec une efficacité redoutable.

Une fois acceptée la situation fantastique du début (un ours en peluche prend vie) difficile de ne pas rire devant les facéties déjantées de Ted et d'être touché par cette histoire hors norme d'amitié de 30 ans.
Très référencé, Ted rend hommage à Spielberg avec son pitch fantastique où un enfant solitaire se lie d'amitié avec une créature non humaine, avec des références visuelles au culte Indiana Jones mais aussi à tout un pan de la culture geek comme Flash Gordon avec intervention tordante de Sam J.Jones. Les références jubilatoires aux classiques du 7ème art, à la pop culture, s'enchaînent au gré de situations comiques qui ne manquent pas de morceaux d'anthologie : la séquence de bagarre dans une chambre de motel entre La vengeance dans la peau pour la furie des coups portés et Frangins malgré eux pour la conclusion déjantée des disputes est à sujet mémorable.

Avec le politiquement incorrect en principe comique, dans les dialogues salés et les situations irrévérencieuses où officie en MC incontrôlable l'ours Ted adepte de la fumette, des injures et obsédé sexuel,  le réalisateur Seth MacFarlane déroule irrésistiblement ce buddy movie vers une conclusion touchante. Comme souvent chez Apatow, référence actuelle incontournable du rire us, le héros, éternel jeune glandeur, est mis face à des choix d'adulte. Le personnage de John, Mark Wahlberg très à l'aise dans la comédie, doit ainsi définir les limites de son amitié avec Ted, pote légèrement envahissant, pour sauver son couple.  MacFarlane maîtrise lui aussi l'art de rendre attachants des personnages balançant à tout bout de champ les pires insanités ou se comportant comme des ados attardés.

Seth MacFarlane qui a roulé sa bosse dans l'animation avec la série déjantée Les Griffin réussit haut la main sa comédie, premier film au pitch malin et à l'exécution jubilatoire. Bonne nouvelle, Ted 2 est dans les tuyaux.

Ted est disponible en dvd & blu-ray chez Universal depuis le 11 février 2013.

Aucun commentaire: