10 nov. 2013

Inside Llewyn Davis / Joel et Ethan Coen

Inside Llewyn Davis raconte une semaine de la vie d'un jeune chanteur de folk dans l'univers musical de Greenwich Village en 1961. Llewyn Davis est à la croisée des chemins. Alors qu'un hiver rigoureux sévit sur New York, le jeune homme, sa guitare à la main, lutte pour gagner sa vie comme musicien et affronte des obstacles qui semblent insurmontables, à commencer par ceux qu'il se crée lui-même. Il ne survit que grâce à l'aide que lui apportent des amis ou des inconnus, en acceptant n'importe quel petit boulot. Des cafés du Village à un club désert de Chicago, ses mésaventures le conduisent jusqu'à une audition pour le géant de la musique Bud Grossman, avant de retourner là d'où il vient.

Habitués de la compétition cannoise les frères Coen, récompensés par la prestigieuse palme d’or pour Barton Fink en 1991, ont présentés cette année Inside Llewyn Davis, une comédie inspirée de l’oeuvre autobiographique de Dave von Ronk  sur un musicien de folk dont nous suivons quelques jours de sa vie dans l’univers musical de Greenwich Village au début des années 60.
 
On retrouve dans le personnage de Llewyn Davis, désargenté, en galère permanente pour trouver un canapé pour passer la nuit, à la vie amoureuse compliquée,  l’affection des Coen pour les personnages de loosers magnifiques et leur talent pour écrire des situations surréalistes marquées par un humour noir ou un sens de l’absurde jubilatoires.
 
LLewyn, dans cette mini odyssée  (New-York,  Chicago puis retour a la case départ) où il tente de décrocher des contrats pour vivre de son art quand il ne court après un chat espiègle va croiser une galerie de personnages savoureux comme le couple de musiciens Jim et Jean (Justin Timberlake/Carey Mulligan), un étrange duo d’automobilistes (John Goodman, Garret Hundlund) ou bien encore un certain Bob Dylan alors inconnu.

Dans la peau de LLewyn, l’acteur Oscar Isaac, vu dans Agora ou Drive, assure le show en interprétant en live les ballades folks de cette comédie emballante, un  hommage réussi à la scène folk des années 60 où les Coen se révèlent en très belle forme et pour lequel ils ont remporté le Grand Prix au dernier festival de Cannes.

Aucun commentaire: