9 nov. 2013

Un château en Italie / Valéria Bruni Tedeshi

Louise rencontre Nathan, ses rêves ressurgissent. C’est aussi l’histoire de son frère malade et de leur mère, d’un destin : celui d’une grande famille de la bourgeoisie industrielle italienne. L’histoire d’une famille qui se désagrège, d’un monde qui se termine et d’un amour qui commence.

Après Il est plus facile pour un chameau (2003) et Actrices (2006) qui étaient nourris de la vie de sa réalisatrice, Un Château en Italie est aussi une histoire de famille, la fin d’un monde bourgeois où évoluent une mère (celle de Valéria Bruni Tedeshi), une soeur et un frère complices qui vont être séparés par la mort de ce dernier sur fond de liquidation des biens mobiliers de la famille italienne. Mais il s’agit également d’une histoire d’amour entre l’héroïne (Bruni Tedeshi), une actrice retirée des affaires qui prie Dieu pour avoir un enfant et un jeune acteur (le gouailleur Louis Garrel) qui lui aussi est gagné par des doutes sur son métier.

Le ton cettre tragi-comédie franco-italienne, aux dialogues directs, oscille ainsi entre la tristesse (la maladie incurable du frère) et le comique (beaucoup de scènes cocasses liées à la religion catholique), un équilibre bien réussi par Valéria Bruni-Tedeshi au fil des saisons de cette jolie chronique familiale.

Aucun commentaire: